Accueil Actualité Quelles sont les caractéristiques d’une molécule ADN ?

Quelles sont les caractéristiques d’une molécule ADN ?

par Desfois Michel
0 commentaire
caractéristiques d'une molécule ADN
Partager

Les cellules des êtres vivants sont toutes composés d’ADN ou Acide Désoxyribonucléique. C’est une macromolécule biologique qui caractérise l’ensemble de l’information génétique héréditaire.

Autrement dit, l’ADN est composé de 20 000 gènes. Ces dernières servent à identifier chaque individu. Qu’est-ce que l’ADN ? Quelles sont les caractéristiques de cette molécule ? Quel est le shema molecule ?

Lisez cet article pour en savoir plus sur le sujet.

Qu’est-ce qu’une modèle d’ADN ?

ADN est l’acronyme de « acide désoxyribonucléique ». Cette molécule porte le code génétique de chaque être vivant. Autrement dit, il stocke toutes les informations requises par l’organisme pour fonctionner, se développer et se reproduire.

Il détermine tous les paramètres d’un individu (sa taille, sa couleur, son aspect, etc.).

Quel est le schema molecule d’ADN ?

L’ADN est une molécule très longue. Il est composé de plusieurs nucléotides qui s’enchaînent les uns sur les autres par l’intermédiaire des liaisons phosphodiester. Vous pouvez lire l’article suivant si vous voulez en savoir plus sur le schema molecule. Les quatre nucléotides qui caractérisent une molécule d’ADN sont :

  • la thymidine (T) ;
  • l’adénosine (A) ;
  • la cytidine (C) ;
  • la guanosine (G).

Il convient de noter que l’ordre d’enchaînement de ces nucléotides n’est pas précis. Il varie en fonction de l’information génétique d’une personne. L’ADN est formé de 2 brins complémentaires qui prennent la forme d’une hélice. Dans ce contexte, la double hélice possède les caractéristiques suivantes :

  • une longueur entre 2 tours de 0.34 nanomètre ;
  • pour chaque tour, il y a 10.5 paires de bases azotées.

Comment l’ADN exécute-t-il sa fonction ?

Tout le monde (sauf les jumeaux) dispose d’un ADN unique appelé génome. Les cellules de l’organisme interprètent les instructions de l’ADN à l’aide d’un ARN polymérase. Ce dernier sépare la double hélice et copie l’ADN d’un brin dans une autre molécule appelée ARN. L’ARN ressemble à un ADN sauf qu’il contient de l’uracile (U) à la place de la thymine (T).

Quelles sont les spécificités de l’ADN chez les êtres vivants ?

L’ADN chez les procaryotes

Les procaryotes rassemblent les archées, les bactéries ainsi que les autres micro-organismes. Leur ADN ressemble à celui d’un humain sauf qu’il n’est pas relié à des histones et qu’il est placé dans le cytoplasme. En général, la molécule d’ADN des procaryotes prend la forme d’un chromosome circulaire.

L’ADN chez les eucaryotes

L’ADN des eucaryotes est lié à des histones. La molécule est présente dans le noyau cellulaire, dans les chloroplastes organites et dans les mitochondries.

Les gènes de l’ADN

L’ADN humain est composé de gènes. Dans ce contexte, il y a environ 40 000 gènes qui codent l’ADN d’une personne.

Quelles sont les maladies de l’ADN ?

Il existe de nombreuses maladies génétiques (6 000 au total). Elles sont dues à l’anomalie du chromosome ou du gène d’ADN.

Mucoviscidose

La mucoviscidose touche 1 personne sur 4 500, soit 200 naissances par an. Cette maladie génétique est due suite à l’altération du gène qui se trouve sur le chromosome 7. Il s’agit du gène CFTR ou Cystis Fibrosis Transmembrane conductance Regulator.

Il a pour rôle de contrôler la synthèse des protéines qui ont le même nom. Le résultat, ces protéines sont soit absentes, soit anormales. Quoi qu’il en soit, la mutation du gène CFTR favorise l’inflammation locale et l’augmentation de l’abondance des fluides corporels.

Cela engendre de nombreux problèmes de santé comme l’encombrement des voies aériennes, provoquant des infections pulmonaires chroniques.

Par conséquent, le patient a du mal à respirer. Du point de vue digestif, la mucoviscidose empêche l’absorption des nutriments. Cette maladie génétique entraîne également le diabète, la cirrhose, les troubles digestifs, une constipation chronique, etc.

La trisomie 21

En temps normal, l’être humain possède 23 paires de chromosomes, soit un total de 46 chromosomes. Chez les personnes atteintes de trisomie 21, il y a 3 exemplaires de chromosome 21 au lieu de deux. Par conséquent, le patient dispose 47 chromosomes. Ce chromosome supplémentaire engendre un dysfonctionnement au niveau de l’organisme.

Les personnes atteintes de la trisomie 21 présentent un déficit intellectuel, une malformation cardiaque, des problèmes digestifs, une apnée du sommeil, un reflux gastro-oesophagien, des maladies endocriniennes (diabète, hypothyroïdie), des maladies infectieuses (otites chroniques), des maladies neurologiques, etc.

L’hémophilie

L’hémophilie concerne 1 naissance sur 5 000 avec une prédominance masculine. Les personnes atteintes de cette pathologie présentent de graves problèmes de coagulation. En fait, les mutations de l’ADN empêchent la production des protéines en charge d’arrêter le sang. On distingue trois formes d’hémorragies dues à l’hémophilie :

  • la forme sévère : hémorragies fréquentes et spontanées ;
  • la forme modérée : hémorragie suite à une blessure ;
  • la forme mineure : pas d’hémorragies spontanées.

Pour traiter cette maladie, il faut administrer un facteur antihémophilique par voie intraveineuse.

Quand les maladies de l’ADN apparaissent-elles ?

Selon l’OMS, les maladies de l’ADN ont une gravité variable. Elles peuvent apparaître à tout âge.

Qui sont les personnes à risque d’une mutation d’ADN ?

Personne n’est à l’abri des mutations génétiques selon l’OMS. Toutefois, les risques de transmissions sont accentués par les facteurs culturels et sociaux (mariages consanguins, etc.).

Quand analyser l’ADN ?

Il faut une ordonnance pour effectuer une analyse ADN. Le but étant d’infirmer ou de confirmer le diagnostic d’une maladie génétique, de rechercher l’origine de la mutation de la molécule, de personnaliser le traitement d’une pathologie.

Par conséquent, il est formellement interdit de vendre ou d’acheter un test ADN de généalogie vendu sur Internet. Selon le Code pénal, article 226-28-1, vous risquez une amende de 3 750 euros et un emprisonnement d’un an si vous le faites.

Comment faire un test d’ADN ?

Avant de faire un test d’ADN, le patient doit être informé de la nature et de la finalité de l’examen. Après, il fait un consentement écrit. Ce document est révocable à tout moment. Le test d’ADN doit être réalisé par les laboratoires agréés par l’agence régionale de santé. Le résultat de l’analyse est tout d’abord communiqué au médecin traitant. C’est ce dernier qui informe ensuite le patient. Il existe plusieurs façons de faire le prélèvement, à savoir :

  • l’écouvillonnage de la joue : le médecin fait passer une sorte de coton-tige à l’intérieur de la joue du patient. L’échantillon est ensuite placé dans un emballage stérile ;
  • le crachoir : comme son nom l’indique, le patient crache dans un récipient stérile ;
  • la ponction de villosités choriales ;
  • la ponction de liquide amniotique ;
  • la prise de sang.

Comment faire un test de paternité ?

Un enfant hérite les 23 chromosomes de la mère et les 23 chromosomes du père. De ce fait, le test de paternité consiste à comparer la séquence d’ADN de l’enfant avec celle de son père.

Comment se déroule le test de paternité ?

Pour effectuer le test de paternité, il faut un échantillon d’ADN (ongles, cheveux, salive, etc.) de l’enfant et du père. L’examen doit obligatoirement se faire dans un laboratoire. Si vous voulez réaliser le test de paternité d’un enfant qui n’est pas encore né, il faut extraire l’ADN du fœtus en faisant une prise de sang.

Les résultats du test de paternité sont-ils fiables ?

Les résultats sont très fiables (à 99.99 %).

Combien coûte un test d’ADN ?

Le tarif varie en fonction du laboratoire qui effectue l’analyse. En moyenne, vous devez prévoir environ 70 à 90 euros pour faire un test d’ADN.

Vous aimerez aussi