Virginie Despentes s’attaque aux privilèges des blancs

Partager

L’autrice Virginie Despentes évoque le racisme en France et s’adresse à ses compatriotes dans une lettre ouverte publiée par France inter « amis blancs qui ne voient pas où est le problème ».

L’affaire de George Floyd, un homme abattu par un policier le 25 mai dernier à Minneapolis, a fait le tour du monde. Ce décès a suscité beaucoup de réactions surtout chez la communauté noire, provoquant des émeutes raciales qui enflamment les Etats Unis depuis quelques jours.

L’affaire d’Adama Traoré, un jeune homme décédé en 2016 suite à une interpellation, prend également une certaine ampleur en France. Elle a donné suite à une marche le mardi 2 juin où Viginie Despentes figure parmi les manifestants pour protester contre la violence policière devant le tribunal de Paris. Deux jours après, d’après le site sextant-revue.fr, elle sort une lettre diffusée sur France Inter.

L’autrice dénonce alors dans sa lettre le déni du racisme en France. Elle adresse la lettre « à mes amis blancs qui ne voient pas où est le problème ». Et avance plusieurs arguments qui démontrent que la France est raciste. En commençant par soulever le fait qu’elle n’avait jamais vu un homme noir occuper la place d’un ministre. Elle a également fait allusion au mauvais comportement des personnes qui la voyait en compagnie d’un arabe ou d’un noir.

Toujours selon ses propos, « les noirs et les Arabes sont surreprésentés dans la population carcérale ».

Pour elle, tout ceci décrit une société hypocrite.

L’autrice de « Vernon Subutex » compare ensuite Assa Traoré, la sœur de la victime à une Antigone contemporaine. « Mais cette Antigone-là ne se laisse pas enterrer vive après avoir dit non. « Antigone n’est plus seule. Elle a levé une armée », affirme-t-elle après avoir vu la foule qui soutenait sa manifestation.

Finalement, elle conclut en s’attaquant avec le « privilège d’être un blanc ». Le privilège « c’est avoir le choix d’y penser, ou pas. Je ne peux pas oublier que je suis une femme (…). En France, nous ne sommes pas racistes, mais je ne connais pas une seule personne noire ou arabe qui ait ce choix ».

Les réactions sur twitter n’ont pas tardées

 

Share

Auteur

Expatriée au Maroc, passionnée par la famille, je souhaite partager avec vous mes connaissances, mais aussi apprendre des vôtres. Dans ce blog, vous trouverez tout ce que vous aimez : beauté, culture, , déco, cuisine, mode....