La manifestation à Paris devient violente

Partager

Faisant écho aux manifestations aux États-Unis, des milliers de personnes descendent dans la rue malgré les restrictions liées au coronavirus.
Des milliers de personnes ont défié une interdiction de police et ont convergé vers le palais de justice principal de Paris pour une manifestation.

Plusieurs milliers de personnes ont défié l’interdiction des manifestations liées au coronavirus pour rendre hommage à George Floyd et à Adama Traoré, un Noir français mort en garde à vue.

Les gaz lacrymogènes ont étouffé les rues de Paris alors que la police anti-émeute faisait face à des manifestants mettant le feu au milieu de l’indignation mondiale croissante face à la mort de Floyd aux États-Unis, de l’injustice raciale et des tactiques policières brutales dans le monde entier.

La police a interdit la manifestation en raison de restrictions liées aux coronavirus qui interdisent tout rassemblement de plus de 10 personnes.

Les manifestants français se sont mis à genoux et ont levé les poings tandis que les pompiers se battaient pour éteindre plusieurs incendies alors qu’une manifestation multiraciale largement pacifique dégénérait en tensions dispersées.

Deux petits incendies se sont déclarés et des barrières vertes et grises entourant un chantier de construction ont été renversées.

Des tensions ont également éclaté lors d’une manifestation connexe dans la ville méridionale de Marseille.

De nombreux manifestants se sont inspirés du mouvement de protestation aux États-Unis à propos du meurtre par la police de Floyd, un homme noir non armé, brandissant des slogans viraux en anglais tels que « Black Lives Matter » et « I Can’t I Respir ».

« Aujourd’hui, nous ne parlons pas seulement du combat de la famille Traoré. C’est le combat pour tout le monde. Quand nous nous battons pour George Floyd, nous nous battons pour Adama Traoré », a déclaré Assa Traoré, la sœur d’Adama, lors de la manifestation.

« Ce qui se passe aux Etats-Unis est un écho de ce qui se passe en France », a-t-elle ajouté.

Des manifestants brandissant des pancartes assistent à une manifestation interdite prévue à la mémoire d’Adama Traoré, un Français de 24 ans décédé en 2016 en garde à vue.

En 2016, à la suite d’un différend sur un contrôle d’identité, Traoré, 24 ans, a été appréhendé dans une maison où il s’est caché après avoir conduit la police dans une poursuite de 15 minutes.

Il a perdu connaissance dans leur véhicule et est décédé dans un poste de police voisin. Il était toujours menotté lorsque les ambulanciers sont arrivés.

L’un des trois agents qui ont procédé à l’arrestation a déclaré aux enquêteurs que Traoré avait été coincé avec leur poids corporel combiné après son arrestation.

Vendredi dernier, des experts médicaux français ont disculpé les trois policiers, rejetant un rapport médical commandé par la famille du jeune homme qui disait qu’il était mort d’asphyxie.

Il s’agissait du troisième rapport officiel à évacuer les officiers.

Ajoutant à la controverse, une nouvelle enquête commandée par la famille Traoré a déclaré mardi que sa mort avait été causée par la technique d’arrestation utilisée par les policiers, a indiqué une source.

«Pas violent, ni raciste»

Le chef de la police de Paris, Didier Lallement, a  écrit une lettre aux policiers pour défendre leur conduite, sympathisant avec la « douleur » que les policiers doivent ressentir « face aux accusations de violence et de racisme, répétées à l’infini par les réseaux sociaux et certains groupes militants ».

La police parisienne « n’est ni violente, ni raciste: elle agit dans le cadre du droit à la liberté pour tous », a-t-il insisté dans un courrier électronique adressé aux 27 500 policiers de la ville.

L’actrice française star Camelia Jordana, d’origine algérienne, a été réprimandée le mois dernier par le ministre français de l’Intérieur pour avoir déclaré que des personnes « se faisaient massacrer » par la police de la banlieue parisienne en raison de la couleur de leur peau.

Plusieurs officiers français ont également fait l’objet d’enquêtes pour brutalité contre des membres du public lors de manifestations anti-gouvernementales de longue date contre le « gilet jaune » et de grèves plus récentes contre la réforme des retraites.

Faisant écho aux manifestations aux États-Unis, des milliers de personnes descendent dans la rue malgré les restrictions liées au coronavirus.

Des milliers de personnes ont défié une interdiction de police et ont convergé vers le palais de justice principal de Paris pour une manifestation.

Share

Auteur

Expatriée au Maroc, passionnée par la famille, je souhaite partager avec vous mes connaissances, mais aussi apprendre des vôtres. Dans ce blog, vous trouverez tout ce que vous aimez : beauté, culture, , déco, cuisine, mode....