Accueil > Cinema > Actualites > Naomi Watts et Ewan McGregor crèvent l'écran dans l'angoissant "The Impossible"
Publié le samedi 22 décembre 2012 à 00:10

Naomi Watts et Ewan McGregor crèvent l'écran dans l'angoissant "The Impossible"

La chose la plus stressante quand on regarde un film catastrophe, c’est de lire « tiré d’une histoire vraie ». Et c’est ce qu’on peut voir dans les 30 premières secondes de The Impossible, réalisé par Juan Antonio Bayona. Car ce film relate l’histoire vraie d’une famille (espagnole dans la réalité, américaine dans le film) qui a vécu l’enfer en décembre 2004 : alors qu’ils étaient en vacances pour fêter Noël en Thaïlande, le tsunami a dévasté l’hôtel dans lequel ils se trouvaient. Le film raconte ensuite comment nos cinq héros sont sortis de ce cauchemar. La fin est forcément très attendue, mais les longues minutes qui séparent cette famille sont quand même insoutenables.

Si on devait résumer The Impossible en un seul mot, ce serait « angoissant ». Dès que l’on a l’impression que tout s’arrange, on repart dans le drame, avec constamment l’idée que tout le monde va finir par mourir, même si on sait qu’à la fin on aura un happy end. Du sang, des larmes, de la sueur, on est plongé dans l’horreur du début à la fin, c’est terrifiant.

Mis à part le fait que l’on se cache les yeux la moitié du temps parce que l’on a trop peur, et que l’on passe l’autre moitié à pleurer, le film est une belle réussite côté casting. Naomi Watts plante à la perfection une mère de famille martyre, prête à tout pour sauver sa vie et celle de son fils, Lucas. Ewan McGregor, quant à lui, est fidèle à lui-même : très juste en père desespéré, poignant, il nous fait pleurer du début à la fin du film. Leurs trois enfants à l’écran n’ont pas à rougir de leur prestation : Tom Holland, qui joue Lucas, l’aîné, est le véritable héros de ce film. Il est incroyablement touchant lorsqu’il prend les choses en main pour sauver sa mère à l’agonie.

La mise en scène est très réaliste, et c’est ce qui fait l’angoisse de ce film. On semble nous rappeler sans cesse que c’est une histoire vraie, et qu’à la limite, cette famille aurait pu être la nôtre. Perdus parmi des milliers d’étrangers, dans des hôpitaux plein à craquer, au milieu des décombres ou bloqués au milieu des eaux meurtrières du tsunami, nos héros semblent bien réels. On souffre avec eux, et pas une seule seconde on ne peut se rassurer en se disant « tout cela n’est qu’un film ».

Bref, The Impossible est un vrai drame à la sauce américaine. Malgré un casting génial, on passe deux heures à souffrir, à pleurer et à hurler de frayeur. Amateurs de films catastrophes, The Impossible est pour vous. Âmes sensibles, abstenez-vous. 

Marie SAUVEE
Cet article a été lu à 572 reprises.

Réagir à l'article :